15 faits surprenants sur la Renaissance dont vous ne croirez pas la véracité

15 Mind-Blowing Renaissance Facts That Will Change Your Perspective
  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Art et littérature
  • Temps de lecture :34 min de lecture

Table des matières

Introduction

La Renaissance a été une époque d’art époustouflant, de percées scientifiques et d’une fascination renouvelée pour les connaissances classiques. Mais sous la surface de cette renaissance culturelle se cache un monde inattendu. Des normes de beauté particulières aux pratiques qui nous paraissent choquantes aujourd’hui, la Renaissance a été pleine de surprises. Préparez-vous à voir votre compréhension de cette époque fascinante bouleversée !

Les 15 faits les plus surprenants de la Renaissance(une ligne)

  1. La peau pâle était considérée comme le summum de la beauté.
  2. Les gens utilisaient des méthodes dangereuses pour obtenir un teint pâle.
  3. Les licornes étaient largement considérées comme réelles.
  4. Les fourchettes étaient considérées comme un luxe inutile, voire blasphématoire.
  5. Le football de la Renaissance ressemblait plus à une bagarre de rue qu’à un sport.
  6. Les artistes disséquaient les cadavres pour comprendre l’anatomie humaine.
  7. Les personnes fortunées gardaient parfois des nains comme symbole de leur statut social.
  8. Le mariage était souvent un arrangement commercial plutôt qu’un mariage d’amour.
  9. L’abandon des nourrissons était une pratique tragiquement courante.
  10. Les gens utilisaient des méthodes dures comme le limage des dents et l’acide pour blanchir les dents.
  11. Des pleureuses professionnelles pourraient être engagées pour pleurer lors des funérailles.
  12. L’Église a parfois jugé des animaux pour des crimes.
  13. La chirurgie était souvent pratiquée par des barbiers, et non par des médecins.
  14. La croyance en la magie et l’astrologie était très répandue, même parmi les intellectuels.
  15. Léonard de Vinci a conçu un char d’assaut des siècles avant qu’il ne soit utilisé pour la guerre.

1. La peau pâle était considérée comme le summum de la beauté.

Portrait généré par l'IA d'une noble de la Renaissance à la peau extrêmement pâle
Portrait d’une noble de la Renaissance à la peau extrêmement pâle (généré par l’IA)

À la Renaissance, un teint pâle était le symbole ultime de la richesse et du statut. Il signifiait que vous n’aviez pas à travailler à l’extérieur sous le soleil, ce qui était la marque des classes inférieures. Les femmes se donnaient beaucoup de mal pour obtenir ce look, utilisant des préparations nocives contenant du plomb ou de l’arsenic, ou recourant même à la saignée.

2. Les gens utilisaient des méthodes dangereuses pour obtenir un teint pâle.

Femme générée par IA appliquant un maquillage blanc, contenant peut-être du plomb
Femme appliquant un maquillage blanc, contenant peut-être du plomb

Les critères de beauté de la Renaissance n’étaient pas pour les âmes sensibles. Les femmes appliquaient d’épaisses couches de maquillage blanc, souvent à base de plomb, ce qui pouvait entraîner de graves problèmes de santé. D’autres méthodes consistaient à utiliser des crèmes contenant du mercure ou même à se saigner délibérément pour obtenir une pâleur maladive.

En savoir plus 15 faits sur Taylor Swift

3. Les licornes étaient largement considérées comme réelles.

Généré par l'IA : Une tapisserie représentant une chasse à la licorne
Tapisserie représentant une chasse à la licorne

Aujourd’hui, les licornes sont des créatures fantastiques, mais à la Renaissance, on croyait qu’elles étaient de vrais animaux. Les “cornes de licorne” (souvent des défenses de narval) étaient prisées pour leurs supposés pouvoirs de guérison et leur capacité à détecter le poison. Cette croyance démontre la frontière floue entre science, mythe et superstition dans l’esprit de la Renaissance.

4. Les fourchettes étaient considérées comme un luxe inutile, voire blasphématoire.

Généré par l'IA : Un service de table de la Renaissance avec des cuillères et des couteaux, mais pas de fourchettes en vue
Service de table de la Renaissance avec cuillères et couteaux, mais pas de fourchettes en vue

Il a fallu un temps étonnamment long pour que l’humble fourchette devienne un ustensile de table standard. À la Renaissance, la plupart des gens mangeaient avec leurs mains et un couteau, éventuellement avec une cuillère pour les soupes. Les fourchettes étaient considérées comme prétentieuses, associées au Diable (en raison de leurs pointes en forme de lance), et certaines figures religieuses affirmaient qu’elles étaient une insulte à Dieu, puisqu’il nous avait fourni des doigts parfaitement bons !

En savoir plus 15 faits étonnants sur le corps humain

5. Le football de la Renaissance ressemblait plus à une bagarre de rue qu’à un sport.

peinture chaotique d'un match du calcio fiorentino de la Renaissance
Match de calcio sur la Piazza Santa Maria Novella, à Florence.
Peinture de Jan Van der Straet. Source de l’image : wikipedia

Le football de la Renaissance, ou calcio fiorentino, était un spectacle brutal. Les équipes représentant les différents quartiers de la ville s’affrontaient dans des matchs massifs avec peu de règles. Les coups de poing, de pied et d’étranglement étaient autorisés et la violence faisait partie du divertissement. Il s’agissait moins de sport que de démonstration de fierté civique et de puissance physique brute.

6. Les artistes disséquaient les cadavres pour comprendre l’anatomie humaine.

Les études approfondies de Léonard de Vinci sur l'anatomie humaine étaient en avance de plusieurs centaines d'années sur leur temps.
Les études approfondies de Léonard de Vinci sur l’anatomie humaine étaient en avance de plusieurs centaines d’années sur leur temps. Crédit photo : Wikimedia Commons, Leonardo da Vinci.

La soif de connaissance de la Renaissance s’étend au corps humain lui-même. Des artistes comme Léonard de Vinci étaient connus pour disséquer des cadavres (parfois obtenus par des moyens illicites) afin d’étudier la structure des muscles et des os. Cette pratique, bien que potentiellement troublante pour les yeux modernes, a révolutionné les représentations artistiques de la forme humaine, permettant un réalisme stupéfiant dans les peintures et les sculptures.

7. Les gens riches gardaient parfois des nains comme symbole de leur statut social.

Portrait de la Renaissance généré par l'IA d'une personne riche aux côtés d'un nain
Portrait Renaissance d’un riche personnage aux côtés d’un nain

Malheureusement, les nains étaient parfois traités comme des possessions exotiques plutôt que comme des individus dans la haute société de la Renaissance. Les personnages riches et puissants gardaient les nains comme accompagnateurs ou divertisseurs, leur présence témoignant de la capacité du mécène à commander l’inhabituel et le rare. Cette pratique reflète une déshumanisation profondément troublante des personnes présentant des différences physiques.

8. Le mariage était souvent un arrangement commercial plutôt qu’un mariage d’amour.

Généré par l'IA : Peinture d'une cérémonie de mariage de la Renaissance, le couple ayant l'air plutôt sombre.
peinture d’une cérémonie de mariage de la Renaissance, avec un couple à l’air plutôt sombre

L’amour romantique était rarement le but premier du mariage à la Renaissance. Les unions étaient plutôt des alliances stratégiques entre familles, visant à consolider la richesse, le pouvoir ou la position sociale. Les femmes, en particulier, n’avaient guère le choix de leur partenaire et le contrat de mariage ressemblait davantage à une transaction commerciale qu’à une célébration de l’amour.

En savoir plus Top 15 Mind-Blowing Space Facts (en anglais)

9. L’abandon des nourrissons était une pratique tragiquement courante.

Généré par l'IA : Vue extérieure d'un hôpital pour enfants trouvés datant de la Renaissance : En se concentrant sur l'architecture, on peut faire allusion à la raison d'être de l'institution sans représenter les individus.
Vue extérieure d’un hôpital pour enfants trouvés datant de la Renaissance : En se concentrant sur l’architecture, on peut faire allusion à la raison d’être de l’institution sans dépeindre les individus.

Les conditions sociales difficiles et l’absence d’un contrôle fiable des naissances ont fait de l’abandon des enfants une sinistre réalité de la Renaissance. Les parents désespérés, souvent des mères célibataires ou des familles qui n’avaient pas les moyens d’avoir un autre enfant, laissaient les bébés dans les églises, les hôpitaux pour enfants trouvés ou les abandonnaient tout simplement au destin. Cette pratique déchirante reflète les immenses pressions sociales et les options limitées auxquelles étaient confrontées de nombreuses personnes à l’époque.

10. Les gens utilisaient des méthodes dures comme le limage des dents et l’acide pour blanchir les dents.

certains Portrait qui signe un visage grimaçant avec des dents usées, représentant les effets d'un blanchiment agressif
Certains Portrait ce signe à un visage grimaçant avec des dents usées, représentant les effets d’un blanchiment agressif Image Source : tecnodent

L’obsession de la Renaissance pour les apparences s’étend à la bouche. À l’époque où la dentisterie moderne n’existait pas encore, les gens avaient recours à des mesures désespérées pour obtenir un sourire plus éclatant. Certains limaient les dents pour les égaliser, d’autres appliquaient des mélanges abrasifs contenant des acides qui rongeaient l’émail. Ces pratiques révèlent la valeur extrême accordée à un sourire blanc, même si c’est au détriment de la santé dentaire à long terme.

11. Des pleureuses professionnelles pourraient être engagées pour pleurer lors des funérailles.

groupe de femmes en noir, se lamentant dramatiquement lors d'un cortège funèbre
Moirologia sur une tombe à Mani, Grèce, 1962.
© CONSTANTINE MANOS/ MAGNUM PHOTOS

À la Renaissance, les manifestations publiques de chagrin étaient attendues, et pour ceux qui n’étaient pas enclins à faire des démonstrations dramatiques de leur chagrin, il était possible d’engager des pleureuses professionnelles. Ces personnes, souvent des femmes, sont spécialisées dans les pleurs, les lamentations, voire l’arrachage de cheveux, afin de créer une atmosphère de deuil intense lors des funérailles, en particulier pour les personnes riches ou importantes.

12. L’Église a parfois jugé des animaux pour des crimes.

Illustration satirique générée par l'IA d'un cochon et d'un autre aigle en procès dans une salle d'audience.
illustration satirique d’un cochon et d’un autre aigle en procès dans une salle d’audience

Bien que cela paraisse bizarre aujourd’hui, il existe des documents attestant que des animaux ont été jugés à la Renaissance, généralement par l’Église. Les porcs accusés d’avoir mangé des enfants, les essaims d’insectes accusés d’avoir détruit des récoltes, ou même les rats individuels convoqués au tribunal pourraient faire l’objet de poursuites judiciaires. Ces procès reflétaient un mélange de superstition, un désir de trouver un bouc émissaire et une forte croyance dans le pouvoir de l’Église de rendre la justice, même dans le monde naturel.

Lire la suite Top 15 des inventions qui ont changé le monde

13. La chirurgie était souvent pratiquée par des barbiers et non par des médecins.

Le charlatan (vers 1785) montre des chirurgiens barbiers au travail.
Le charlatan (vers 1785) montre des chirurgiens barbiers au travail. Source de l’image : wikipedia

Avant le développement de la médecine moderne, la frontière entre les barbiers et les chirurgiens était mince. Les barbiers, déjà habiles à manier des instruments tranchants, pratiquaient souvent des actes médicaux de base tels que des saignées, des pansements, des extractions de dents, voire des amputations. Si certains étaient réellement compétents, l’absence de formation médicale formelle signifiait que demander l’aide d’un chirurgien-barbier était une expérience souvent douloureuse et risquée.

14. La croyance en la magie et l’astrologie était très répandue, même parmi les intellectuels.

Généré par l'IA : Un érudit de la Renaissance consultant un tableau astrologique ou un texte alchimique
Un érudit de la Renaissance consultant un tableau astrologique ou un texte alchimique

La volonté de la Renaissance de comprendre le monde ne s’est pas arrêtée à la science. De nombreuses personnes instruites croyaient également à la magie, à l’astrologie et à l’alchimie (la tentative de transformer les métaux communs en or). Le sentiment que des forces cachées façonnent l’univers est présent et les intellectuels cherchent à les décoder par le biais de rituels, de tableaux astrologiques et de la recherche de connaissances mystiques.

15. Léonard de Vinci a conçu un char d’assaut des siècles avant qu’il ne soit utilisé pour la guerre.

Défaut de conception et dimensions du véhicule Leonardo da Vinci
Défaut de conception et dimensions du véhicule Leonardo da Vinci
Source de l’image : wikipedia

Le génie de Léonard de Vinci s’étendait bien au-delà de la peinture. Il a imaginé un véhicule blindé circulaire, équipé de canons – un concept précoce du char d’assaut. Bien qu’il n’ait jamais été construit de son vivant, son projet témoigne de l’incroyable clairvoyance des penseurs de la Renaissance, qui étaient capables d’imaginer des merveilles technologiques très en avance sur leur temps.

Conclusion

La Renaissance apparaît comme une période d’immenses réalisations humaines. Pourtant, ces faits surprenants révèlent un monde bien plus complexe, rempli de contradictions, de dures réalités et de croyances qui paraissent farfelues à nos yeux modernes. Ils nous rappellent que, même à l’ère du progrès, le passé reste un véritable pays étranger.

Les 15 questions les plus fréquemment posées sur Renaissance Facts :

  1. Outre le plomb, quels sont les autres ingrédients dangereux contenus dans les cosmétiques Renaissance ?

    Le plomb était le premier coupable, mais d’autres potions étaient tout aussi nocives. Le mercure, une toxine puissante, était utilisé dans le fard à joues. La belladone, une plante toxique, était utilisée pour dilater les pupilles afin d’obtenir un regard de biche. Des mélanges acides corrosifs ont été appliqués pour l’exfoliation de la peau, sans que l’on comprenne vraiment les effets néfastes à long terme sur la santé.

  2. Les saignées ont-elles eu des effets positifs ou ont-elles toujours été néfastes ?

    Si la saignée est aujourd’hui discréditée, la théorie de la Renaissance reprenait le concept des quatre humeurs (sang, flegme, bile noire, bile jaune). On pensait que la maladie provenait d’un déséquilibre, et les saignées visaient à le rétablir. Dans de rares cas, comme celui d’un patient dont le taux de fer était réellement élevé, cette pratique a pu être bénéfique par coïncidence, mais dans l’ensemble, elle était néfaste et reposait sur une compréhension médicale erronée.

  3. La croyance en la licorne s’est-elle éteinte après la Renaissance ?

    La croyance dans les licornes a perduré étonnamment longtemps ! Les récits des marins sur les narvals ont commencé à susciter des doutes aux XVIIe et XVIIIe siècles. Cependant, les représentations de licornes dans l’art et les histoires se sont poursuivies. Ce n’est qu’avec l’avènement de la zoologie moderne que le mythe s’est véritablement estompé, même si la popularité persistante de la licorne dans l’imaginaire témoigne de l’emprise qu’elle continue d’exercer sur l’imagination.

  4. Pourquoi les fourchettes étaient-elles considérées comme blasphématoires ?

    Certaines personnalités religieuses ont affirmé qu’en mangeant avec des fourchettes, les hommes rejetaient les outils naturels (les doigts) que Dieu avait mis à leur disposition. Les fourchettes étaient perçues comme trop décadentes, un symbole de luxe défiant la simplicité pieuse. En outre, les dents de la fourche, semblables à des lances, avaient des connotations négatives et pouvaient être assimilées à la fourche du diable.

  5. Y avait-il des règles dans le football de la Renaissance ou était-ce le chaos total ?

    C’était plus proche du chaos organisé que de la bagarre sans règles. Certaines restrictions existent : en général, les armes ne sont pas autorisées sur le terrain. La taille des équipes pouvait être convenue à l’avance, et des points de départ et d’arrivée étaient prévus. Cependant, les blessures étaient monnaie courante et l’objectif principal était moins de marquer que de dominer physiquement ses adversaires.

  6. Où les artistes se procuraient-ils des cadavres à disséquer si c’était illégal ?

    L’obtention de cadavres était une zone obscure. Les criminels exécutés étaient parfois mis à disposition pour des études anatomiques. Les artistes peuvent avoir recours au pillage de tombes, une pratique dangereuse compte tenu des tabous très forts qui interdisent de déranger les morts. Il y a parfois des “dons” de la part de personnes qui souhaitent voir leur corps utilisé pour l’avancement des connaissances, mais c’est relativement rare.

  7. Quelle était la vie sociale des nains dans les cours de la Renaissance ?

    Leur position est complexe et contradictoire. En tant que possessions d’un riche mécène, ils jouissaient d’un confort matériel mais n’avaient pas de véritable pouvoir. Certains nains pouvaient nouer des liens étroits au sein du foyer, tandis que d’autres étaient isolés. Bien que moquées pour leur apparence, elles pouvaient gagner en influence en tant que confidentes ou amuseuses. En fin de compte, leur vie a été façonnée par les caprices de leur employeur, ce qui les a placés dans une position sociale précaire.

  8. Comment les mariages arrangés fonctionnaient-ils d’un point de vue logistique ?

    Les dots (l’argent versé par la famille de la femme) étaient cruciales. Les entremetteurs peuvent faciliter les présentations. Les femmes n’avaient qu’un droit de regard limité, les pères ou les parents masculins négociant les conditions. L’accent était mis sur les alliances entre les familles : s’assurer des richesses, des terres ou forger des liens politiques. L’amour romantique était au mieux une préoccupation secondaire, et principalement pour les riches.

  9. Quelles options les familles pauvres avaient-elles en dehors de l’abandon des enfants ?

    Tragiquement, les options étaient peu nombreuses. Les hôpitaux d’enfants trouvés accueillent quelques bébés abandonnés, mais les taux de mortalité sont extrêmement élevés. Une femme peut placer un enfant en service ou en apprentissage dès son plus jeune âge. Les mères désespérées se tournaient parfois vers la nourrice (l’allaitement des enfants d’autres femmes), mais la faible rémunération et la séparation d’avec leur propre enfant rendaient cette pratique difficile.

  10. Les dents de quelqu’un ont-elles réellement blanchi grâce à ces méthodes extrêmes, ou ont-elles simplement été abîmées ?

    Ces méthodes offraient au mieux un blanchiment de surface temporaire. Les acides décapent l’émail, exposant la dentine jaune en dessous. Le limage rendait les dents inégales et plus sujettes aux caries. À long terme, ces pratiques ont provoqué une sensibilité sévère, la perte de dents, les affaiblissant même face à des aliments normaux. La quête d’un sourire blanc s’est finalement soldée par un échec spectaculaire et douloureux.

  11. Outre les pleureuses engagées, quelles étaient les autres coutumes étranges de la Renaissance en matière de deuil ?

    Porter du noir pendant de longues périodes était le signe le plus extérieur de deuil, en particulier pour les veuves. Les bijoux commémoratifs contenant les cheveux du défunt étaient transformés en anneaux ou en broches. Certaines cultures avaient même des traditions d’automutilation ritualisée, les personnes en deuil se coupant ou s’arrachant les cheveux dans des manifestations extrêmes de chagrin qui semblent choquantes pour les sensibilités modernes.

  12. Quelles sont les accusations les plus courantes à l’encontre des animaux jugés ?

    Les animaux sont généralement accusés d’avoir causé des dommages à l’homme ou à ses moyens de subsistance. Les essaims d’insectes (comme les charançons ou les sauterelles) étaient souvent accusés de détruire les récoltes. Les cochons qui avaient attaqué ou tué des enfants étaient traduits devant les tribunaux. Certains procès frisent l’absurde, comme ces rongeurs convoqués formellement pour avoir volé de la nourriture, comme s’ils pouvaient comprendre la procédure engagée contre eux.

  13. Comment le rôle des chirurgiens-barbiers a-t-il évolué au fil du temps ?

    La séparation entre barbiers et chirurgiens s’est faite progressivement. Au fur et à mesure que les connaissances médicales s’amélioraient, les chirurgiens cherchaient à se distinguer par une formation plus formelle. Les universités commencent à enseigner la chirurgie en même temps que la médecine. Des guildes se forment pour réglementer la profession médicale, en repoussant ceux qui n’ont pas les qualifications requises. Si le terme “barbier-chirurgien” perdure, les pratiques divergent de plus en plus.

  14. Y a-t-il eu des femmes qui ont pratiqué la magie ou l’alchimie à la Renaissance ?

    Bien que souvent persécutées en tant que “sorcières”, certaines femmes étaient respectées pour leur connaissance des remèdes à base de plantes et de la guérison, brouillant ainsi la frontière entre la médecine et la “magie populaire”. Quelques femmes, généralement issues de milieux privilégiés, étudient l’alchimie aux côtés des hommes. Elles ont dû faire face à une surveillance accrue et surmonter le préjugé selon lequel les activités scientifiques ne conviennent pas aux femmes.

  15. Existe-t-il un modèle réel du char d’assaut conçu par Léonard de Vinci ?

    De Vinci était un brillant innovateur, mais son char n’était pas tout à fait original. Il s’est probablement inspiré d’anciennes machines de guerre comme les tours de siège blindées. Il a également apporté des améliorations significatives, envisageant une forme circulaire pour dévier les tirs et incorporant de nombreux canons. Son génie consiste à affiner les concepts existants et à faire preuve d’une remarquable clairvoyance quant à l’avenir de la guerre.

How useful was this post?

Click on a star to rate it!